De l’utilité au goût de fête

Octobre 2020

Le mois d’octobre est le mois des vendanges. On récolte le raisin. On déguste du moût de raisin. Et on parle de vin pour les adultes. Et quand on parle de vin, on pense aux fêtes. D’ailleurs, le mois de septembre qui vient de s’achever est traditionnellement un mois où les mariages sont très présents.

Alors un récit biblique s’impose, les noces de Cana. Le premier signe que Jésus a fait dans l’Evangile de Jean.

  • Un signe très généreux, mais est-il utile et nécessaire ?
  • A quoi sert ce miracle ?
  • C’est la question que se pose des jeunes de l’Eglise de Berne-Jura-Soleure, à quoi sert Dieu ?

Voilà des questions qui vont nous habiter ce mois.

« Mais toi, tu as gardé le meilleur vin jusqu’à maintenant !

Dans l’Evangile de Jean, le premier signe qu’a fait Jésus est d’une générosité, d’une gratuité totale !

Découvrez ce récit de Jean 2, 1-12

Voici le récit mis en dessins animés :

Voici le récit mis en film :

Pour lire ce récit d’une façon poétique : Les senteurs de Cana, une proposition d’Avent-Autrement

  • Que pensez-vous de ce récit ?
  • Qu’est-ce qui vous surprend ? Vous frappe ? Vous interpelle ?

Et pour aller plus loin, découvrez la peinture de Véronèse, de 1571, sur les Noces de Cana avec un commentaire expliquant la symbolique du récit biblique :

Un récit incroyable qui a un goût de fête

Dans cet article, découvrez le premier signe qu’a fait Jésus dans l’Evangile de Jean. A la fin de ce signe, les disciples de Jésus, ses amis, ont cru en lui. Alors dans un deuxième temps, quelques pistes pour découvrir la foi.

Un récit qui a un goût de fête

Dans ECOUTER ET RECEVOIR, tu découvriras le premier signe qu’a fait Jésus dans l’Evangile de Jean.

Jeu des senteurs

Ce récit un récit de fête où il doit y avoir de bonnes odeurs. Alors pour te plonger dans ce récit, fait un jeu avec tes proches.

  • Prends des épices que tu aimes, dans des tasses séparée, fais tomber un peu d’épices.
  • Mélange les tasses sans regarder le contenu
  • Bouche toi la vue avec un tissu.
  • Puis sens les épices et essaie de reconnaître la bonne odeur

Mais quand le vin vient à manquer, les bonnes odeurs doivent être masquées par le stress, la peur de décevoir, le doute. Alors fais le même exercice mais avec des odeurs que tu aimes moins !

Recette : une boisson de fête

Et puis après cela… Jésus permet à la fête de continuer. L’eau est changée en vin. Maintenant, n’hésite pas à fabriquer une boisson de fête :

  • Pour 1 litre.
  • 1 dl = 1 petit verre plastique à vin blanc.
  • Faire entonnoir avec une feuille de papier sulfurisé.
    • 2 dl de jus de raisin
    • 3 dl de jus d’orange
    • 2 dl jus de pêche
    • 1 cuillère de jus de citron
    • 1 cuillère de sirop de fruits
    • 2 cuillères de sucre en poudre 2 pincées de cannelle
    • Des fruits coupés en petits morceaux.

Si tu veux colorier ces fruits :

Jeu : Tu peux aussi partir à la chasse aux parfums :

Pour aller plus loin dans le récit biblique :

La foi, c’est quoi ?

Pour te poser la question de Dieu, à quoi cela sert ? Va écouter la vidéo Capsule KT dans PRIER ET MEDITER.

  • Echange autour de toi sur la question qui est posée.
  • Qui est Dieu pour toi ?
    • Au départ, de la vidéo il y a quelques phrases, ci-dessous, elles sont illustrées.
    • Tu peux les colorier et en discuter en famille
    • Dans l’image d’après, dessine-toi même qui est Dieu pour toi !

  • Si tu veux aller plus loin, regarde ces vidéos en famille

Qu’est-ce que cela veut dire : croire en Dieu ?

Quelle est la différence entre croire et savoir ? Pourquoi les êtres humains croient-ils ?

Dieu à quoi ça sert ?

Pour prendre un temps de méditation sur l’utilité de la religion, de la foi

Pour commencer :

  • Aller chercher dans votre maison, un objet complètement inutile mais que vous appréciez beaucoup !
  • Déposez-le près de la bougie
  • Prenez-le temps soit de discuter si vous êtes plusieurs sur cet objet, soit simplement si vous êtes seul·e de vous rappeler d’où vient cet objet, pourquoi vous l’appréciez particulièrement !
  • Un texte à écouter :

Pour réfléchir :

  • Regarder cette vidéo de Capsule KT
  • Posez-vous ces quelques questions :
    • Quelles phrases de départ vous fait le plus penser à Dieu ?
    • Quelles réponses d’enfants vous sentez-vous le plus proche ?
    • Et pour vous, Dieu ça sert à quoi ?
    • Et toi, comment en as-tu besoin ?
    • Vous pouvez aussi dessiner comme proposé dans EXPERIMENTER ET DECOUVRIR
  • Ecoutez cette chanson « J’ai besoin de ta présence » chanté par Philippe Corset
  • Prendre un temps de prière pour déposer à Dieu tout vos besoins et vos attentes

Pour aller plus loin, dans EXPLORER LE SENS, vous trouvez quelques réponses à la question : Dieu ça sert à quoi ? la foi ça sert à quoi ?

A quoi ça sert de croire en Dieu ?

Elle est drôle, ta question!
Pour moi, on ne peut pas dire que cela « serve » à quelque chose.
Ce n’est pas comme une voiture qui sert à voyager
ou comme l’école qui sert à apprendre.
Si je crois en Dieu,
ce n’est pas parce que c’est pratique ou utile.
C’est comme si tu demandais à quoi ça sert d’aimer et d’être aimé
Aimer, cela ne sert à rien, mais ça change ma vie.

Croire en Dieu, c’est pareil.
A première vue, je pourrais même m’en passer,
et pourtant, cela change tout pour moi.
Je ne dis pas que c’est comme une potion magique qui arrange tout!
Ma foi en Dieu ne me rend pas plus malin, ni plus fort que les autres.
Mais, à cause de ma foi, je regarde les choses d’un oeil différent.
Ma vie a un sens.

Je crois que Dieu m’a offert la vie
et j’ai envie d’en faire quelque chose de bien pour le remercier.
Je crois que Dieu m’aime et j’ai envie de d’aimer les autres avec lui.
Je crois que Dieu me fait des signes
et cela me donne envie de les découvrir.

Tout compte fait, croire en Dieu me rend vivant,
au moins autant que l’oxygène.

Prenez le temps d’aller découvrir le texte biblique sur ECOUTER ET RECEVOIR

Pour terminer – Une vidéo témoignage – 5 raisons pour lesquelles je crois en Dieu

Dieu ne sert à rien! Mais avec Jésus, la vie est incroyable !

Un titre paradoxal, mais qui, à quelque part fait aux deux thèmes du jour et surtout fait penser à la fête si présent dans la Bible. Une fête, cela ne sert à rien. Et pourtant cela donne tellement de goût à la vie. Alors partons explorer les deux thèmes.

Dieu à quoi il sert !

Dieu ne sert à rien et pourtant il donne du goût à beaucoup, j’aime à dire. Mais avant d’explorer plus longuement ce texte biblique, voici quelques réponses à ces questions :

Dieu ne sert à rien!
Vous et moi, d’ailleurs, nous ne servons à rien. Nous ne sommes pas des objets 
qui existent pour servir à quelque chose. Ce n’est pas, en tous cas, la façon 
dont Dieu nous traite.
Nous sommes des individus et Dieu nous considère comme ses partenaires.
Pour la Bible Dieu n’a pas abandonné les hommes à la haine.
Il a au contraire envoyé son Fils, Jésus-Christ, pour leur montrer son amour.
Et il espère que cet amour puisse les nourrir et leur donner la force d’aimer 
à leur tour.
Un monde meilleur ce n’est pas l’affaire de Dieu seul, c’est l’affaire de Dieu 
et les hommes, appelés à travailler ensemble.
Que les hommes s’engagent du côté de l’amour, c’est ce que je crois être sa 
volonté.

  • Qu’est-ce que la foi ?

… En mettant Dieu à la première place, avec les autres et vous-même, vous ne « gagnez » 
rien (gagner, est votre mot), mais vous mettez du sel à votre vie, vous vous 
donnez la possibilité de bâtir un sens. En citant Martin Luther, je dirais que 
« là où est ton coeur, là est ton dieu ». Peut-être une façon de dire qu’on met 
toujours quelque chose au centre de notre vie, à la première place.On en a besoin 
comme de respirer.

Est-ce que Dieu existe ? Tout dépend de ce que vous mettez derrière le mot « Dieu ».

  1. Si vous pensez à une sorte de vieillard barbu assis sur un nuage et qui tend le doigt vers nous ? à vrai dire, il n’existe pas.
  2. Si vous entendez par Dieu une personne, ou en tout cas « quelque chose » de transcendant qui existe et dont l’homme a une certaine expérience dans la prière ? A mon avis il existe, cet avis est partagé par des milliards de gens, aujourd’hui et depuis que l’homme n’est plus seulement une sorte de singe. Mais je reconnais que ce n’est pas certain.C’est juste vraisemblable quand on constate que l’univers a connu une certaine évolution au cours du temps.
  3. Si vous entendez par Dieu : notre idéal de justice et de bonté ? Quelles que soient vos réponses aux deux définitions précédentes, Dieu est aussi notre idéal de justice et de bonté. Et dans ce sens, même si quelqu’un n’appelle pas son idéal « Dieu », cela revient en réalité à cela. Et donc oui, ce Dieu là existe certainement. Même celui qui ne se pose absolument aucune question dans la vie a une certaine notion plus ou moins consciente de ce qu’il espère. Et c’est son Dieu pour lui, et ce Dieu le crée à son image, l’homme devenant peu à peu ce qu’il place devant ses yeux.
  • Pour y répondre avec un peu d’humour : A quoi sert encore Dieu ?
  • Voici un panel : Est-ce que tu crois en Dieu ?

Après ce parcours, il est temps de vous demander :

  • Et vous ?
  • à quoi cela vous sert de croire ?
  • qu’est-ce que votre foi ?

Un récit qui met de l’incroyable dans la vie – Explorer le récit à découvrir dans ECOUTER ET RECEVOIR

Pour explorer le texte biblique :

  • Une vidéo méditative du récit :
  • Une prédication de Louis Pernot et Florence Blondon

Un temps pour notre planète

Mois de septembre

Un mois pour parler de la Création, un mois centré sur le soin de notre planète.

« Septembre est le mois d’ «Un Temps pour la Création».

De nombreuses Eglises célèbrent alors la Fête des récoltes. Pour les Eglises orthodoxes, le 1er septembre est la journée de la Création, tandis que l’Eglise catholique romaine commémore, le 4 octobre, l’anniversaire de François d’Assise.

Un Temps pour la Création s’étend entre ces deux dates – il englobe aussi le Jeûne fédéral et la Fête des récoltes. Les autres Eglises européennes célèbrent elles aussi Un Temps pour la Création ou une «Journée de la Création». Depuis le 3erassemblement œcuménique européen à Sibiu en 2007, les Églises chrétiennes en Suisse recommandent de célébrer Un Temps pour la Création » Oeku.ch

C’est pourquoi, nous vous proposons de prendre des temps pour notre planète.

  • Autour de deux verbes, cultiver et garder, sur ECOUTER ET RECEVOIR, vous découvrirez le récit de la Genèse au chapitre 2
  • Pour prendre soin de notre planète, pleins de vidéos et d’animations pour EXPERIMENTER ET DECOUVRIR, pour découvrir les beautés de notre planètes, les problèmes existants et des solutions pratiques
  • Pour prendre un temps de méditation sur la création, un psaume, des prières, des vidéos dans PRIER ET MEDITER
  • Pour réfléchir sur le thème de l’écologie, l’écospiritualité et le texte biblique, c’est dans EXPLORER LE SENS

« Pour cultiver le sol et le garder »

Voici la tâche que Dieu confie à l’homme dans le récit de la Genèse au chapitre 2, 15.

Le devoir de l’être humain et d’une part de cultiver, d’autre part de garder le jardin. Le jardin n’appartient pas à l’être humain, il est un locataire.

  • Cultiver pour que la vie soit présente
  • Garder pour que cette vie perdure

Découvrez ce récit de la Genèse raconter par Serge Bloch et Frédéric Boyer

Voici le récit raconté en langue des signes françaises :

Prendre soin de la création

Cultiver et garder, voici le verbe clé du récit de la Genèse à découvrir dans ECOUTER ET RECEVOIR.

Pour prendre soin de la création… voici quelques activités à faire durant ce mois de septembre

Voici quelques vidéos :

  • Pour découvrir les beautés de notre planète
  • Pour avoir des idées pour prendre soin de notre planète
  • Pour prendre conscience des problèmes

Des animations pour les plus petits :

  • Un conte à lire : le monde est beau
  • Sur ce site, vous trouvez pleins d’images qui expliquent le climat, ses changements et notre rôle : Climat Bayard.
    • Voici quelques titres :
      • C’est quoi le climat ?
      • Pourquoi dit-on que la terre se réchauffe ?
      • Pourquoi le climat change-t-il ?
      • Que va t-il se passer si on ne change pas si on ne fait rien ?
      • Qu’est-ce que je peux faire ?
  • Voici un exemple :
  • Une chanson de Yannick Noah « Aux arbres citoyens »

Des animations pour les plus grands :

Pour tous, vous pouvez regardez le film « Home »

Pour tous égalements, des dessins à colorier :

  • Des arbres en lien avec le texte biblique
  • De coloriage de la nature
  • Sur PRIER ET MEDITER, vous trouvez un autre coloriage

Pour méditer sur la création

Pour commencer :

  • Prendre un temps pour regarder les beautés de la nature :
    • soit dehors : que l’on soit en ville, en campagne ou en montagne, repérez toutes les beautés que la nature nous offre
    • soit en regardant une vidéo proposé dans EXPERIMENTER ET DECOUVRIR ou sur internet
  • Allumez une bougie, décorez avec des produits de la nature que vous pourrez après coup allez redéposer dans la nature

Pour prier :

Voici une prière proposé par l’Ecole de la parole en Suisse Romande qui propose sept célébrations de lectio divina autour de la création : Bravo Seigneur, nous t’applaudissons

Sur ce site de l’Ecole de la parole, vous trouvez encore d’autres propositions de méditation à vivre seul·e ou à plusieurs

  • Seigneur, bravo pour les montagnes, bravo pour la mer. On n’a jamais vu un bleu si vert et un vert si bleu. Aucune symphonie n’est riche d’autant d’harmonie.
  • Seigneur, bravo pour le vent qui fait danser les blés, qui fait trembler les océans.
  • Bravo pour le soleil et la colère du volcan.
  • Bravo pour l’arc-en-ciel qui met de la joie dans le cœur d’un enfant.
  • Pourtant, parfois, quand je regarde la terre, j’ai l’impression qu’elle ne tourne pas très rond. Seigneur, pardon !
  • Donne-moi de la préserver et de la garder telle que tu l’as créée. Amen.

Pour chanter et prier le psaume 148

Pour méditer :

  • Un temps temps de musique

Pour chanter :

Pour prier :

D’après une prière d’intercession d’Otto Schäfer proposé par Oeku.ch : TU TOUCHES LE MONDE

  • Seigneur, de tes mains, tu touches le monde. Tu formes la terre et tout ce qui vit. Tu ne cesses de créer.
  • Tu nous touches par la chaleur du feu et le souffle du vent, par la fraîcheur de l’eau et par la terre, solide, qui nous porte et nous nourrit.
  • Seigneur, fais de nous des hommes et des femmes capables de toucher avec tendresse, d’entourer ceux qui en ont besoin, de trouver les gestes de consolation.
  • Seigneur, sur cette terre, lorsque nous touchons tes créatures, nous sommes reliés à ta Création, que ce soit les animaux, les plantes, mais aussi nos frères et soeurs les êtres humains. Merci de nous mettre ainsi en communion, dans le respect les uns des autres.
  • Amen

Un notre Père autrement, présent sur le site pointkt.org

  • Notre Père qui es dans la forêt, dans le désert, dans la mer et dans la ville
  • Que ta création soit sanctifiée. Elle qui se développe abondamment et se manifeste  pleine de vigueur et de vie.
  • Que ta sagesse nous atteigne afin de protéger la beauté que tu nous as confiée dans l’arc-en-ciel et dans la fleur, dans l’eau et dans les terres fertiles, dans le souffle chaud du soleil et dans la pénombre rafraichissante
  • Que ta volonté soit faite, pour que nous, qui sommes faits à ton image, acceptons les défis, puissions-nous nous préoccuper de la pérennité de ta création
  • Donne-nous le vert de chaque jour dans les champs, les déserts et dans le jardin terrestre qui se meurt.
  • Pardonne-nous d’être irresponsables et de ne pas nous occuper de la planète que tu nous as transmise
  • Que nous pardonnons aux pollueurs grâce à ton amour infini
  • Nous prions en ton nom
  • Pour qu’ils cessent toute dépravation envers ta création
  • Qui est la maison que partage toute l’humanité.
  • Ainsi soit-il.

Une chanson par les Enfants du monde

« Toute la création est pénétrée par ces énergies divines, et est en chemin vers son épanouissement »

Voici une citation de Michel Maxime Egger qui nous invite à penser autrement notre rapport à la création

Pour réfléchir sur notre planète, sur l’écologie et l’éco-spiritualité, voici de nombreuses réflexions qui existent :

En vidéo :

  • Une planète menacée : Sur ce site de Cèdres réflexions, vous trouvez une page avec des dessins de Olb, tel que celui-ci. En cliquant sur les dessins, vous accédez à des vidéos courtes de personnalité répondant à différentes questions, par exemple :
    • Sur la question 1 « Pourquoi pensez-vous que l’activité humaine n’a pas de conséquence sur l’avenir de la planète ? », une réponse de Luc Recordon, politicien
    • Sur la question 4 « Qui l’a condamnée (le cycle de la nature, les humains, Dieu…)? », une réponse de Thomas Römer, théologien
    • Sur la question 8 « Quelles règles l’humanité doit-elle adopter pour mieux s’adapter à son environnement ? », une réponse de Hubert Reeves, astrophysicien
    • Et bien d’autres encore
  • Un entretien avec Martin Kopp pour Campus protestant « Et si on pratiquait l’écologie dans les Eglises ? »
  • Un entretien avec Michel Maxime Egger sur « L’écospiritualité pour réenchanter notre relation à la Terre »
  • Une vidéo parlant des « Bonnes nouvelles de la planète » pour nous donner le goût de persévérer

Des articles à lire :

  • L’écospiritualité pour sauver la planète. Voici un extrait d’un interview de  Michel Maxime Egger dans le journal le temps (en cliquant sur ce titre, vous trouvez l’interview en entier)
    • « La réaffirmation de la dimension sacrée de la nature ne mène-t-elle pas à l’idolâtrie de celle-ci?
      • Réenchanter la nature ne signifie pas l’absolutiser. Il s’agit de réaffirmer la dimension sacrée de la nature pour sortir du matérialisme, sans toutefois tomber dans le panthéisme, qui considère que la nature est Dieu. Cette conception conduit en effet au danger d’idolâtrer la nature. La tradition chrétienne postule qu’il y a une altérité entre le divin et le créé, ce qui permet d’éviter de tomber dans ce piège…
    • Concrètement, que propose l’écospiritualité?
      • Elle appelle à un changement de paradigme. Afin que les écogestes ne soient plus un effort mais deviennent un mode d’être, nous avons besoin d’une sagesse pratique qui nous aide par exemple à habiter à nouveau notre corps. Cela suppose un travail d’unification intérieure, l’adoption de valeurs que l’on peut qualifier de féminines, à savoir le respect, la douceur, l’humilité, la gratitude, le repentir, la sobriété, la justice, le dialogue, la compassion, l’amour, la fraternité. Il faut retrouver de toute urgence ces qualités en chacun de nous, car elles constituent autant d’antidotes aux valeurs masculines, telles que la compétition, l’intelligence analytique, la rationalité abstraite, la domination, l’esprit de conquête, promues par le paradigme anti-écologique et patriarcal de la modernité occidentale…

Pour réfléchir sur le texte biblique à découvrir dans ECOUTER ET RECEVOIR :

  • Une réflexion de Michel Sommer sur des mots clés du texte :
    • L’AIR : La première chose que nous avons besoin en sortant du ventre de notre mère c’est l’air ! On respire de 20 à 40 fois par minute et on en a besoin jusqu’au dernier souffle sur notre lit de mort. À chaque respiration, on l’aspire en nous. L’air entre dans nos poumons. Nos poumons sont composés d’environ 300 millions d’alvéoles, des petites bulles toutes en grappe. Plus il y a de petites bulles, plus notre corps a de contact avec l’air. Quand on expire, on ne rejette pas tout l’air de nos poumons, sinon nos poumons s’affaisseraient. Environ la moitié de l’air dans nos poumons reste quand on expire. Ce que j’essaie de démontrer, c’est que vous ne pouvez pas tracer une ligne délimitant : « je suis ici » et « l’air se trouve là ». Il n’y a pas de frontière. Nous sommes fait d’air. C’est en nous. C’est fusionné avec nous et ça circule dans notre corps. Nous sommes l’air. Et bien sûr, l’air que j’expire se mélange dans la pièce et entre aussitôt dans votre nez ! Imaginons ce qui se passe après ma prochaine expiration. On va la suivre. Par les courants de convections vous aurez chacun respiré des millions de millions de molécules d’air qui étaient dans mon corps. Mais les portes sont ouvertes et l’air va sortir de la pièce, se promener dans les rues de Sydney, traverser l’Australie, et voyager partout sur la planète. L’air ne m’appartient pas et il voyage partout. Grâce à cette conclusion, on se rend compte que dans chaque respiration que vous prenez, il y a des millions de molécules d’air qui ont visité le corps de Jésus de Nazareth. Imaginez un personnage du passé et vous pouvez vous lier à lui en sachant que l’air dans vos poumons a déjà été dans les siens. Il y a aussi des millions d’atomes qui ont visité le corps des. Et chaque respiration que vous prendrez insufflera la vie dans d’innombrables êtres vivants pour autant de générations que vous pouvez l’imaginer. Vous voyez que l’air nous unis à tous les êtres vivants aujourd’hui, mais aussi à ceux du passé et ceux du futur. L’air doit être considéré comme un élément sacré…
    • L’EAU : Maintenant, on change d’élément. Nous sommes l’eau et rien ne pourrait être plus évident que ça. Mon corps se compose d’environ 70% d’eau, tout comme la surface de la planète ! Connaissez-vous la concentration de sel dans notre sang ? 3,5% Connaissez-vous la concentration de sel dans l’Océan ? 3,5%Voilà une autre belle preuve que les êtres vivants ont évolué sur notre planète à partir de la mer. Nous sommes comme une grosse goutte d’eau avec assez de parois pour ne pas qu’on dégouline sur le plancher ! Le problème c’est que l’eau fuit de notre corps constamment : ça s’évapore des pores de notre peau, par notre bouche, par nos yeux et nos génitaux. Et voici ce qui est magique : Quand on a quelques millilitres de trop, on a envie et on va aux toilettes. Quand il manque quelques millilitres, on a soif et on boit de l’eau. On est tellement dépendant de l’eau qu’il existe des réflexes dans notre corps pour garder tout juste la bonne quantité. Rappelez-vous d’un cours de sciences que vous avez eu au primaire : le Cycle de l’eau. L’eau couvre la terre, une partie s’évapore, forme les nuages, la pluie, coule dans les rivières et les lacs, puis recommence le cycle. L’eau ressemble beaucoup à l’air, car elle semble nous unifier, car elle passe à travers chacun de nous.…
    • LE SOL : Nous sommes le sol, car chaque bouchée de nourriture que nous mangeons a grandit dans ou sur le sol. Et les enfants sont toujours surpris quand je leur dis que ce qu’ils mangent sont les corps des plantes et les muscles des animaux. Chaque partie de ce que nous sommes vient de la carcasse d’une plante ou d’un animal, que nous mettons dans notre bouche, on le décortique et on incorpore les molécules provenant de cet être vivant dans notre propre corps. Nous sommes le sol par tout ce que nous mangeons. On nous suggère souvent de manger bio. Quels sont les avantages ? Au moins deux :
      • Des recherches sont en cours en Europe pour déterminer la valeur nutritive des légumes bios. Si on considère un légume qui pousse dans un vaste champ conventionnel, ce légume trempe ses racines dans des engrais chimiques qui le forcent à pousser plus vite. Les racines deviennent paresseuses et absorbent moins de nutriments du sol… le légume est donc moins nutritif. 
      • Les légumes réguliers sont aussi entourés de pesticides qui restent sur les plants et appauvrissent les sols. Si les insecticides servent à tuer les insectes, il est évident que leur accumulation dans notre corps cause des cancers à long terme. 
      • Cultiver et garder (Ge 2,15) : Cultiver et garder : l’être humain a reçu une tâche à accomplir, envers le jardin où Dieu l’a placé, pour le bien du jardin. En remplissant sa mission, l’être humain honore le Créateur. Adam (littéralement, le terreux) qui est tiré d’Adamah (la terre) doit veiller sur la terre et la servir
        • Cultiver : ‘avad, littéralement servir, travailler, cultiver. Le verbe peut aussi avoir une dimension religieuse de « servir Dieu » ou « rendre un culte ».  Dans cette création de Dieu, l’être humain reçoit un travail à faire. Le jardin où Adam et Eve sont placés n’est pas un pays de Cocagne où l’on a tout ce que l’on veut sans rien faire ! Il s’agit de prendre soin, de développer les potentialités. « Le jardin cultivé sera comme un chant de louange au Dieu de l’ordre et de la vie, de la paix » (Henri Blocher).
        • Garder : en hébreu, samar, signifie garder, protéger, veiller ; le verbe peut aussi avoir une dimension religieuse comme dans « garder les commandements ». La culture du jardin implique le soin, l’entretien, voire la protection.  
  • Une rélexion de Laurent Bader sur La limite : Dieu pose une limite à l’être humain : il lui interdit de mangner du fruit d’un des arbres du jardin, celui qui est au milieu… La limite dit à l’être humain que tout n’est pas possible. La Création n’est pas sa chose, son terrain de jeu à lui tout seul. L’arbre au milieu du jardin est la marque de Dieu qui rappelle qu’il en est le propriétaire. L’arbre intouchable est la « part de Dieu », ce qu’il se réserve. Dans une perspective écologique, nous pourrions dire que c’est la part des générations à venir, ce que l’être humain ne doit pas toucher pour qu’il reste quelque chose aux suivants. Le péché, dans ce sens, c’est toucher à cette part, empiéter sur ce qui est à Dieu pour le gérer à notre guise. Notre manière actuelle de gérer la planète et ses ressources ne semble pas respecter cette limite. Selon la compréhension du monde développé par la Genèse, le péché écologique a trois origines :
    • Nous méconnaissons les liens qui nous unissent à l’ensemble de la Création. Dns notre monde globalité et envahi par la technologie, ces liens sont plus difficile à percevoir. Lorsque j’achète es frais d’Espagne, je ne sais pas dans quelles conditions elles ont été cultivées (respect de la nature et respect des travailleurs)
    • Nous renions notre responsabilité envers la planète et notre prochain.
    • Nous nous emparons de la part de Dieu, comme s’il n’existait pas. 

Sur le site oeku.ch, vous trouverez encore d’autres réflexions sur la Création, l’écologie.

Pour vivre des temps de culte les dimanches :

  • N’hésitez pas à aller voir sur le site de votre paroisse pour vivre un culte en présence
  • Et toujours présent sur les ondes, des cultes en direct de diverses lieux du canton voir célébrer.ch

  • Et une célébration spéciale le dimanche 4 octobre dès 16h00 à la cathédrale de Lausanne sur le thème : « Ensemble pour sauvegarder la Terre« 
    • Nous vous invitons à nous rassembler « Ensemble pour sauvegarder la Terre » dimanche 4 octobre à la Cathédrale de Lausanne, dans le nécessaire mouvement de transition écologique et sociale.
    • Des ateliers de discussions et de dialogue vous sont proposés à 16h puis une célébration à 18h autour des éléments naturels Feu – Air – Eau – Terre.

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer